Ulysse revient

[DETAIL * Lot 277 de notre vente du 20 mars ]

Nous avons tous lu ou étudié l'Odyssée d'Homère.
Ce récit, que l'auteur grec a écrit au VIIIe siècle avant Jésus-Christ, relate la longue histoire du retour d'Ulysse chez lui.
En effet, après la guerre de Troie (mais a t'elle vraiment eu lieu ??!) Ulysse mettra près de 10 ans à rentrer à Ithaque pour retrouver Pénélope sa femme et leur fils Télémaque.
Ce périple sera ponctué par diverses scènes emblématiques de la mythologie grecque comme le chant des sirènes, la rencontre avec Circé ou encore comme représenté ici : le retour d'Ulysse.

Cette tapisserie représente un moment clef de l'Odyssée : le début du chant VI.
Petit rappel : Dans le chant V, Poséidon déchaîne une tempête et provoque le naufrage de notre héros. Heureusement, avec l’aide de Leucothée qui lui donne un voile magique, Ulysse échappe à la noyade et après avoir dérivé pendant trois jours, il s’échoue sur les rivages de la Phéacie et se réfugie sous des arbres où il s’endort, épuisé.
Le chant VI, relaté dans cette tapisserie, constitue le moment où Nausicaa, fille du roi des Phéaciens, guidée par un songe envoyé par Athéna, découvre Ulysse ensommeillé sous son arbre et décide de le ramener dans le palais de son père qui mettra tout en oeuvre pour que l'amoureux de Pénélope puisse rentrer le plus vite possible.

Cette tapisserie nous a été confiée par une famille parisienne, elle a été transmise de générations en générations et après recherches nous savons que ce sujet faisait partie de la tenture commandée en 1643 par Gaspard du Fay (Seigneur de Saint Jouin, conseiller au grand conseil puis Maître des Requêtes et Conseiller d'Etat Ordinaire) à Alexandre de Comans (Directeur des Manufactures de Tapisseries du Roi, à la suite de son père en 1635, actif jusqu'à son décès en 1654).

Cette commande est conservée au Château de Chambord (3,40m x 2,80 m) et nous connaissons à ce jour 4 autres exemplaires de cette tapisserie, celui du Château de Cheverny (4m x 4m20), Besançon Musée des Beaux Arts (3m x 2m10), Vente Galerie Georges Petit du 17/05/1920 (3,20 x 3 m) et Vente Sotheby's du 16/07/1971.